Accueil   Publications   Recherches   Conférences   Chercheurs   Étudiants / Bourses   À propos   Outils / Intervention   Équipe  
 
 
Étudiants / Bourses
Étudiants
Bourses de maîtrise et doctorat
Bourses de recrutement
Ateliers offerts
Ateliers offerts
Voici les ateliers offerts par le GRES, gratuits pour l’ensemble de la communauté universitaire ou encore des ateliers dont les frais d’inscriptions sont remboursés par le GRES pour les étudiants-membres.
2012-2013
  1. Les données manquantes : conséquences, traitements et... conséquences des traitements
  2. Aurélie Lecocq, jeudi 6 décembre 2012, 13h00

    Lors de l’analyse d’enquête, il est très fréquent d’être confronté au problème de données manquantes. En effet, les observations pour lesquelles on ne dispose pas de l’ensemble des valeurs est une situation commune. Ce phénomène se manifeste de plusieurs manières : refus de certains individus à répondre à une question (dans ce cas on parle de non réponse partielle), impossibilité de contacter une personne sélectionnée pour faire partie d’une enquête (non réponse totale), absence de l’individu lors d’une épreuve à un test, impossibilité de suivre une personne sur une longue période lors d’étude longitudinale. Les erreurs de saisie peuvent également générer des données manquantes. Il s’agit d’un problème majeur, puisque l’information disponible est incomplète, donc peu fiable, et peu générer un biais. Ainsi, il est nécessaire de traiter ces données avant d’effectuer des analyses statistiques. Nous verrons ensemble les méthodes communément employées qui permettent d’identifier et de traiter les données manquantes.

  3. Méthodes économétriques visant à évaluer les effets d'un programme d'intervention à devis expérimental : intérêts du score de propension
  4. Aurélie Lecocq, mardi 29 janvier 2013, 12h00

    Initialement introduit par Rosenbaum et Rubin en 1983, le Propensity score matching (PSM) réfère à l’appariement d’individus des groupes traitement et contrôle possédant des valeurs de score de propension proches ou similaires, et écarte les individus non appariés (Rubin, 2001). L’objectif du matching est de constituer un groupe de contrôle comparable au groupe traité afin de permettre une estimation non biaisée de l’effet du traitement sur les traités, en éliminant le biais de sélection. Le matching ne présente d’intérêt que si l’on dispose de suffisamment de variables de conditionnement qui rendent compte de l’hétérogénéité des individus. La méthode de matching sur un ensemble étendu de covariables pose un problème de dimensionnalité, car il n’est pas évident de trouver un “bon” individu non traité pour chacun des individus traités, dès lors que le nombre de variables de conditionnement est très élevé. Afin de résoudre ce problème, Rosenbaum et Rubin (1983) proposent de ramener le nombre de variables de conditionnement à une seule et unique variable, qui serait un résumé univarié de l’ensemble des covariables : le score de propension. Ainsi, l’appariement sur score de propension est une méthode alternative permettant d’estimer des effets d’un traitement expérimental lorsque l’assignement des individus dans le groupe test par randomisation n’est pas faisable (étude observationnelle), ou que la randomisation n’a pas permis de construire deux groupes comparables sur un ensemble de caractéristiques.

    L’objectif de cette intervention est de vous présenter le score de propension et ses principales utilisations : le matching principalement, mais aussi les analyses de différences de différences et la pondération.

  5. Lectures et écritures
  6. Marie-Christine Brault, jeudi 21 février 2013, 13h00

    L’article scientifique est aujourd’hui la forme prédominante de publication scientifique dans le monde universitaire. L’internationalisation de la science a amené les chercheurs des différents continents à adopter certains standards. L’objectif de ce premier atelier est de présenter les processus préalables à la rédaction : outils de recherche d'articles, gestion de documents et outils de référence bibliographique, lecture d’articles scientifiques, rédaction de la revue de littérature et choix de la revue scientifique (facteurs d’impact, orientation éditoriale).

  7. Se préparer pour une conférence
  8. Marie-Christine Brault et Aurélie Lecocq, mardi 26 mars 2013, 13h00

    Il s’agit d’un temps de rencontre collectif où vous pourrez poser toutes vos questions relatives aux communications scientifiques, vous exercer à l’oral et/ou présenter vos diaporamas. . Si cela vous est utile, nous pourrons également présenter les caractéristiques d’une bonne affiche scientifique.

  9. Rédiger pour être lu(e) et publié(e)

Marie-Christine Brault, jeudi 28 mars 2013, 13h00

Cette présentation fait suite à la première du même nom. Il s’agira cette fois de présenter plus spécifiquement les grandes lignes de la rédaction d’un article (introduction et problématique, contexte, méthodes, résultats et discussion).

2011-2012
  1. Endnote
    L'utilisation du logiciel Endnote : donné par la bibliothèque de l'EPC-bio :
    22 novembre 2011
     
  2. Le respect des normes de l'APA en français et en anglais (2).
    Julie Bergeron le 8 décembre au D-544 de 11h45 à 12h30.
2010-2011
  1. Initiation à SPSS
    Marianne Dubé, technicienne de recherche GRES 18 octobre
    2010 – 9h30 à 12h
     
  2. Atelier sur la gestion des données manquantes (disponible sur DVD – contactez-nous)
    Stéphane Paquin
    11 mars 2011 - Heures : 9h à 13h
     
  3. Communication en congrès - offert par l'Association des communicateurs scientifiques du Québec (ACS), en collaboration avec l'Association francophone pour le savoir (ACFAS) et le Groupe de recherche sur la communication scientifique de l'Université du Québec à Montréal (Grecos).
    À la fin de l’atelier les chercheurs seront en mesure de créer des présentations orales et des affiches scientifiques captivantes et faciles à suivre. Ils pourront utiliser des règles de langage simples et éprouvées par les plus grands communicateurs.
    MONTRÉAL: Lundi 28 février 2011, de 13h-16h, à l’Université de Montréal
    MONTRÉAL: Mardi 15 mars 2011, de 9h-12h, à l’Université de Montréal
     
  4. Communication avec les médias- l'Association des communicateurs scientifiques du Québec (ACS), en collaboration avec l'Association francophone pour le savoir (ACFAS) et le Groupe de recherche sur la communication scientifique de l'Université du Québec à Montréal (Grecos).
    Après cet atelier, les chercheurs sauront comment attirer l’attention des médias sur leurs travaux. Ils auront aussi tous les outils en main pour transmettre leurs messages avec efficacité dans les différents médias.
    MONTRÉAL: Lundi 28 février 2011, de 9h-12h, à l’Université de Montréal
    MONTRÉAL: Mardi 15 mars 2011, de 13h-16h, à l’Université de Montréal
 
     
  Une création de eKameleon.
Nom d'utilisateur:   Mot de passe: